Blogue

Saint-Valentin : apprêtez vous à décrocher vos flèches

Cogeco Peer 1

février 14, 2012

Share:    

Une étude récente, publiée aux États-Unis, a prédit que la Saint Valentin 2012 devrait émoustiller les amoureux du côté de la carte bancaire. En effet, selon l’enquête réalisée par BigSight pour la National Retail Federation, l’organisation professionnelle américaine des commerçants, les Américains célébrant par des achats la fête des amoureux devaient dépenser l’un et l’autre, une somme de 126,03 $ en moyenne pour s’acheter et s’offrir des cadeaux. Selon les spécialistes, ce chiffre n’a jamais atteint ce niveau durant ces dix dernières années, dépassant largement les 116,21 $ déboursés par chaque tourtereau en 2011. Sans trancher le débat de savoir s’il s’agit d’un regain d’amour ou seulement d’une frénésie de consommation, les e-marchands se réjouissent car ils bénéficient assurément de cet enthousiasme débordant : 19,3 % des Valentin et Valentine d’outre atlantique ont déclaré en effet vouloir acheter leurs présents sur des sites web, un chiffre à comparer avec les 18,1 % recensés l’année dernière et les 16,3 % dénombrés en 2010.

L’enquête de BigSight est plus intéressante encore lorsqu’elle décrypte les comportements d’achats des amoureux utilisateurs de smartphones et de tablettes et qui détachent un instant leurs yeux de l’être aimé pour surfer sur leur terminal mobile et procéder en quelques clics aux emplettes du Valentine’s Day. Les têtes chercheuses de l’institut d’enquête ont relevé que 23,5 % des mobinautes tombés en amour et qui souhaitent offrir un cadeau à leur cher/ère et tendre utilisent leur smartphone pour rechercher les produits qu’ils désirent offrir et comparer les prix, contredisant, par la même et de façon flagrante, le dicton « quand on aime on ne compte pas ». Mieux, 10,4 % des enamourés achètent directement depuis leur mobile. Une grande majorité de ces possesseurs de smartphones ont révélé cependant qu’ils délaissent leur précieux terminal pour préparer vraiment la Saint-Valentin et s’occuper plutôt de l’être aimé : 59,6 % des personnes interrogées ne consultent pas des informations en vu d’achat, encore moins n’achètent par le biais de leurs smartphones. En revanche, les propriétaires de tablettes se sont déclarés plus enclin à utiliser leur ardoise numérique pour rechercher l’objet symbolisant leur passion ou même pour l’acheter, puisque 46,2 % d’entre eux concèdent qu’elles ne leur sont pas utiles pour cette fonction. Finalement, 31,8 % des amoureux équipés de tablette ont recherché leurs présents ou comparé des prix en vue de la fête des cœurs, tandis que 19,3 % des amants peu désireux de perdre leur temps dans les magasins vont effectuer des achats sur leurs tablettes.

Ces statistiques sont évidemment à relativiser, puisque un peu plus de la moitié (51 %) des Américains interrogés et fêtant la Saint-Valentin ne possèdent pas encore l’un ou l’autre de ces terminaux mobiles. Seuls 43,9 % de nos amis d’outre-Atlantique utilisent déjà un smartphone et seulement 15,7 %, une tablette. Cependant l’usage des terminaux mobiles est à prendre de plus en plus en compte, non pas pour déclarer sa flamme, mais pour évaluer l’impact que ces appareils ont sur les pratiques marchandes en dehors des magasins, là-bas comme ici. Ces chiffres doivent pour le moins interpeller les cyber-marchands et les faire réfléchir sur les outils dont ils disposent pour servir ces clients très exigeants qui ne tolèrent, dans la fièvre de l’amour et la joie d’offrir, d’être trahis par un site web défaillant ou une procédure transactionnelle non concluante. Le e-commerce mobile a ses exigences qui s’appellent pages web spécialement formatées pour s’afficher convenablement sur les petits écrans, fluidité des données et des images pour apporter l’information requise au bon moment, modalités de paiement sécurisées et dignes de confiance. Des pré-requis que connaissent parfaitement les hébergeurs habitués au commerce électronique mobile.

Joyeuse Saint-Valentin à tous et attention à la folie des achats en ligne 😉


Contactez-nous

Vous aimeriez savoir comment tirer le maximum de votre infrastructure de données ? Contactez l’un de nos experts en solutions d’infrastructure dès aujourd’hui et découvrez ce qu’Aptum peut faire pour vous !

Obtenir un devis