Blogue

Sauvegarde ou reprise d’activité après sinistre : quelle est la bonne solution ?

Cogeco Peer 1

juin 17, 2015

Share:    

Dans un avis d’expert, Gill Borniche, Product Marketing Director chez Acronis, éditeur de solutions de protection de données, différencie sauvegarde et PRA.

Désormais, les entreprises dépendent toutes fortement de l’informatique et la sauvegarde de leurs données est devenue primordiale au point qu’une perte d’information tourne rapidement à la catastrophe avec des conséquences désastreuses sinon mortelles. Il convient donc de restaurer les données mais aussi le système d’information dans un délai raisonnable. Pour bien convaincre ses lecteurs, l’experte d’Acronis ose d’ailleurs une comparaison avec l’automobile qui, si un pneu est crevé, dispose normalement d’une roue de secours placée dans le coffre – et la sauvegarde des données – permettant de poursuivre sa route si le véhicule fonctionne toujours et que jante et pneumatique sont identiques aux modèles d’origine. Aussi, la sauvegarde proprement dite se différencie-t-elle d’une autre opération assez comparable mais qui s’apparente à la reprise d’activité après sinistre.

Restaurer c’est prévoir

La « restauration complète » consiste en une reconstruction à l’identique du système d’information en cause, à l’image de ce qu’il était précédemment, reconstruction strictement à l’identique ou sur une machine virtuelle dans un environnement virtuel. En effet, si le serveur opérationnel est défaillant, il faut pouvoir charger l’image système sur une machine présentant une configuration matérielle similaire ce qui permet de relancer les opérations dans les meilleurs délais. Cette démarche implique nécessairement que le serveur de secours soit disponible sur-le-champ ou qu’il puisse être approvisionné très rapidement. De plus, il est indispensable que les personnes en charge de l’opération à l’instant T possèdent les compétences nécessaires pour gérer la situation si le sinistre survient. Préparer une « reprise d’activité après sinistre » (encore appelé Plan de reprise d’activité ou PRA) est en effet une procédure plus lourde que prévoir une simple sauvegarde de données ou même une image système.

La limite de la sauvegarde

Pour Acronis, il est clair que les deux approches sont différentes mais se complètent. La perte de certaines données ou de la totalité n’est pas un problème majeur si la sauvegarde est faite régulièrement et l’environnement informatique est indemne. Il suffit alors de relancer la machine informatique après avoir récupéré puis rechargé les données préalablement préservées. Mais en cas de défaillance de l’environnement informatique – matérielle, logicielle, réseau ou électrique – la restauration des données devient momentanément impossible localement. Ce qui signifie qu’une sauvegarde des données dans l’entreprise et même à l’extérieur n’est pas une solution suffisante pour garantir un redémarrage rapide de l’entreprise.

Reproduire à l’identique

La sauvegarde de données consiste seulement à préserver des informations en les recopiant régulièrement dans un lieu sécurisé, sur site et/ou chez un hébergeur ce qui permet une restitution rapide en cas de besoin. La reprise d’activité après sinistre a pour fonction de reproduire, en cas de défaillance, la totalité de l’environnement informatique: données, systèmes, réseaux et applications. Dans ce cas, l’entreprise dispose véritablement d’un environnement informatique supplémentaire et redondant, disponible à la demande et capable de supporter la totalité des services informatiques de l’entreprise jusqu’à la remise en état opérationnel du système principal. Un véhicule de location ou de prêt par le garagiste si l’on poursuit la métaphore automobile.

Le rôle de l’hébergeur

L’environnement en charge de la récupération peut être intégré dans le datacenter principal ou hébergé dans un site secondaire. Toutes les situations de sinistre ne nécessitent pas cependant de recourir systématiquement à un environnement distant. Un serveur défaillant n’affecte pas obligatoirement toutes les machines environnantes et dans ce cas les données sécurisées localement peuvent être chargées sur du matériel co-localisé qui jouera temporairement le rôle de serveur primaire. Mais en cas de panne générale de courant, d’incendie ou d’inondation il en va tout autrement et la survie de l’entreprise dépend alors d’un datacenter différent de celui où est hébergé habituellement le SI. Il convient donc d’établir contractuellement avec l’hébergeur les priorités stratégiques qui vont définir les besoins essentiels et les délais de récupération du système et des données. Ceci dépend en grande partie des capacités techniques et opérationnelles de l’hébergeur et des solutions de reprise d’activité après sinistre qu’il propose.

Les autres finalités d’un PRA

La mise en œuvre d’une solution de reprise d’activité apporte aussi souvent d’autres fonctionnalités. Un PRA peut être utilisé pour tester les mises à jour de logiciels, des programmes de correction ou de nouveaux scénarios d’utilisation. Il peut inclure des capacités de cloud virtuel privé pour tester de nouvelles applications sans toucher aux données actives ni à l’environnement de sauvegarde. Ce qui élimine le risque d’une perte ou d’une corruption importante de données et permet de bénéficier d’une solution de récupération bien préparée garantissant un temps de restauration et des objectifs de point de restauration (RTO/RPO) plus rapides puisqu’il n’est plus nécessaire de transmettre de volumineuses quantités de données vers le datacenter primaire.

 

Résoudre les deux problèmes

L’auteur de cet avis d’expert affirme que plusieurs de ses clients n’hésitent pas à utiliser un environnement de reprise d’activité après sinistre pour héberger temporairement leurs applications et leurs services pendant qu’ils effectuent des tâches de maintenance, de migration ou des exercices de formation. En d’autres termes, la solution de reprise d’activités après sinistre peut aussi servir parallèlement de solution de sauvegarde. Certes, les accidents informatiques surviennent bien moins souvent que les pertes de données, mais recourir à une solution capable de résoudre les deux problèmes en même temps est particulièrement attractive. Il est donc important de discuter avec les hébergeurs / infogérants pour bien évaluer les services qu’ils sont prêts à apporter à leurs clients entreprises en s’appuyant sur une solution de reprise d’activités après sinistre et sur la puissance du cloud.


Contactez-nous

Vous aimeriez savoir comment tirer le maximum de votre infrastructure de données ? Contactez l’un de nos experts en solutions d’infrastructure dès aujourd’hui et découvrez ce qu’Aptum peut faire pour vous !

Obtenir un devis